Showing posts with tag: morale

Politique, morale et religion

La génération de nos parents, les jeunes des années 60 et 70, a mené avec force et conviction toutes les batailles politiques de notre ère. L’égalité des sexes, la liberté individuelle, la paix, les droits civiques, le socialisme, le communisme, l’anarchisme, le panarabisme, etc. On dirait que pour la génération de cette époque tout était politique, ou que la politique était tout. L’engagement n’était pas un simple devoir civique, mais une philosophie idéaliste qui, à tort ou à raison (plutôt à tort à mon sens), était supposée changer le monde, pour le meilleur bien entendu. Je ne souhaite pas faire le procès de nos parents, ils ont gagné des batailles, et transformé notre monde. Mais, avec le recul, on se rend compte que la politique n’est pas la solution de tous les maux de la Terre. Les idéologies abattues, nous avons hérité du désenchantement idéologique des années 80.

De nos jours, on croirait qu’il ne reste plus de combats politiques à mener. À part la lutte pour une autre mondialisation, le mouvement altermondialiste qu’on a pourtant de la difficulté à identifier comme politique plutôt qu’humaniste.
Il parait que c’est la morale qui prévaut aujourd’hui. Par morale j’entends évidemment celle des associations et mouvements humanistes. Les jeunes ont délaissé la politique pour s’aligner sur l’activisme humanitaire, environnemental, charitable, et altruiste.

La religion aussi effectue un retour en force. J’ai pu constater moi-même le phénomène du retour du religieux en Tunisie, où contrairement aux années 70 et 80, les jeunes vont vers la religion plus par besoin spirituel et moral que par conviction politique. Mais le phénomène est aussi flagrant en occident chrétien, il n’y a qu’à constater l’étonnant succès des journées mondiales de la jeunesse ces dernières années. C’est à croire que la prochaine génération ne sera ni politique, ni morale, mais bien spirituelle. « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », Malraux aurait-il raison ?

À chaque génération sa « mode ». Personnellement je crois en l’utilité de la religion comme support de la morale humaniste pour ceux qui en ont besoin. L’engagement politique reste toutefois le meilleur moyen de se battre pour ses convictions morales, et de changer les choses. L’équilibre social et culturel entre morale, spiritualité et politique est difficile à atteindre, mais permettrait à mon sens de bâtir un meilleur monde.