Showing posts with tag: Politique

BLOGS ET JOURNALISME, LA GRANDE INQUIÉTUDE

Si j’en juge par sa popularité via Technorati, cet article dans Le Monde, intitulé « Tous journalistes ! », n’a été que peu repris dans la blogosphère (3 blogs le mentionnent, à ce jour). Cela me semble particulièrement injuste. Non seulement il est différent des autres articles de presse relatifs aux blogs, mais il est capital. Je ne suis pas loin de penser qu’il marque même une étape dans la croissance du phénomène, ou du moins sa compréhension en France.

L’article commence fort : « Les journalistes bénéficiaient jusqu’ici d’un monopole : recueillir l’information et la mettre à la disposition du public. Ce monopole n’est plus ». Puis, après avoir expliqué la notion de blog et fourni quelques exemples, l’auteur y compare – souvent pour les opposer – blogueurs et journalistes (on notera d’ailleurs l’utilisation soigneuse de guillemets pour parler « d’information » ou de « vrais » journalistes…).

Et finalement, il conclut : « Avec Internet, le grand échiquier de l’information est devenu un jeu où les pions et, malheureusement, les fous défient aujourd’hui les rois et les reines. Tous journalistes ! Il n’y a plus de positions assurées, s’il y en a jamais eu. Quand une information passe d’un individu à un autre sans intermédiaire, ceux dont la fonction est d’être des passeurs, des médiateurs – journalistes, enseignants ou élus – sont condamnés. A s’adapter. »

Cet article est très bon, en ce qu’il expose avec justesse les fondements de la problématique. Oui, le monde a changé. Oui, les usages d’Internet et la manière dont nous consommons l’information ne sont plus ce qu’ils étaient. Et, oui, les blogs sont en train d’engendrer une mutation dont nous ne vivons que les prémices.

Mais au délà du constat, l’article est édifiant dans l’inquiétude qu’il traduit. Contrairement à beaucoup d’autres articles qui ont précédé celui-ci, on ne cherche pas à minimiser les blogs. Il n’est plus question ici de « journaux initimes d’ados » ou de tendance passagère, mais bien du constat – amer – qu’avec l’avènement des blogs, les choses ne seront plus jamais comme avant.

Car, en effet, la question n’est pas – ou plus – de se demander ce que doit être ou non un journaliste, mais de comprendre, voire d’accepter qu’il est urgent d’en redéfinir le sens.

De ce point de vue, cet article constitue, peut-être malgré lui, une démonstration de lucidité.

(Qu’on me pardonne cette fanfaronnade, mais je ne peux m’empêcher d’auto-citer cet extrait du tout premier billet publié dans Pointblog :

« Les blogs sont parfois présentés, à tort ou à raison, comme ‘l’avenir du journalisme’. Nous verrons bien, mais il paraît certain que la puissance potentielle d’un blog, la multiplication des ‘blogueurs’ dans le monde, et le caractère protéiforme des blogs obligent les médias traditionnels à se remettre en question. A n’en pas douter, nous assistons à une mutation profonde, qui concerne le mode de consommation et de production de l’information sur le Web. »

Politique, morale et religion

La génération de nos parents, les jeunes des années 60 et 70, a mené avec force et conviction toutes les batailles politiques de notre ère. L’égalité des sexes, la liberté individuelle, la paix, les droits civiques, le socialisme, le communisme, l’anarchisme, le panarabisme, etc. On dirait que pour la génération de cette époque tout était politique, ou que la politique était tout. L’engagement n’était pas un simple devoir civique, mais une philosophie idéaliste qui, à tort ou à raison (plutôt à tort à mon sens), était supposée changer le monde, pour le meilleur bien entendu. Je ne souhaite pas faire le procès de nos parents, ils ont gagné des batailles, et transformé notre monde. Mais, avec le recul, on se rend compte que la politique n’est pas la solution de tous les maux de la Terre. Les idéologies abattues, nous avons hérité du désenchantement idéologique des années 80.

De nos jours, on croirait qu’il ne reste plus de combats politiques à mener. À part la lutte pour une autre mondialisation, le mouvement altermondialiste qu’on a pourtant de la difficulté à identifier comme politique plutôt qu’humaniste.
Il parait que c’est la morale qui prévaut aujourd’hui. Par morale j’entends évidemment celle des associations et mouvements humanistes. Les jeunes ont délaissé la politique pour s’aligner sur l’activisme humanitaire, environnemental, charitable, et altruiste.

La religion aussi effectue un retour en force. J’ai pu constater moi-même le phénomène du retour du religieux en Tunisie, où contrairement aux années 70 et 80, les jeunes vont vers la religion plus par besoin spirituel et moral que par conviction politique. Mais le phénomène est aussi flagrant en occident chrétien, il n’y a qu’à constater l’étonnant succès des journées mondiales de la jeunesse ces dernières années. C’est à croire que la prochaine génération ne sera ni politique, ni morale, mais bien spirituelle. « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », Malraux aurait-il raison ?

À chaque génération sa « mode ». Personnellement je crois en l’utilité de la religion comme support de la morale humaniste pour ceux qui en ont besoin. L’engagement politique reste toutefois le meilleur moyen de se battre pour ses convictions morales, et de changer les choses. L’équilibre social et culturel entre morale, spiritualité et politique est difficile à atteindre, mais permettrait à mon sens de bâtir un meilleur monde.